Code de pratiques pour les chèvres – Rapport d’étape

Bulletin de janvier 2022: Chèvres

Le travail sur le code de pratiques pour les chèvres se poursuit sur deux fronts : la discussion et le traitement des commentaires publics et le parachèvement du contenu lié aux sujets correspondants dans le code. Les réunions virtuelles du comité d’élaboration du code [CÉC], temporairement remplacées par des examens/discussions à plus petite échelle entre les chefs des sous-comités et les membres individuels du comité du code, ont maintenant lieu sur tous les fronts.

Jusqu’à maintenant, quatre des huit sections du code (euthanasie à la ferme, prétransport et planification et gestion des urgences) font l’objet d’un accord consensuel au sein de leur sous-comité respectif en vue de leur présentation au CÉC au complet et d’un dernier examen – et de la tenue d’autres délibérations, s’il y a lieu. Chaque section préparée sera étudiée par tous les membres du CÉC avant leur réunion virtuelle. Trois des sections qui restent (aliments et eau, santé et élevage) ont été examinées et discutées (durant les réunions virtuelles des sous-comités) et sont en train d’être parachevées en vue de leur présentation au CÉC au complet. Le dernier sous-comité (qui s’occupe du logement et hébergement – la section qui a reçu la majorité des commentaires publics) doit se réunir de nouveau très bientôt.

Ensuite, le CÉC au complet se réunira une fois de plus pour entendre et commenter de brèves présentations par les chefs des sous-comités au sujet des modifications, des ajouts ou des modifications recommandés – et de leurs raisons d’être. Seules les questions qui ne font pas immédiatement consensus feront l’objet d’autres discussions avant la fin du processus de délibération (et la présentation du code au CNSAE). Les réunions du CÉC et les examens du contenu devraient se terminer d’ici la fin de mars 2022.

Bulletin de octobre 2021: Chèvres

Le travail sur le code de pratiques pour les chèvres se poursuit sur deux fronts : la discussion et le traitement des commentaires du public et le parachèvement du contenu lié aux sujets correspondants dans le code. Les réunions virtuelles du comité du code, qui avaient été temporairement remplacées par des examens/discussions à plus petite échelle entre les responsables des sous-comités et les membres individuels du comité du code, ont maintenant entièrement repris sur tous les fronts. Chaque sous-comité parvient rapidement à s’entendre sur les modifications recommandées à la version préliminaire du code. Quand la nouvelle version sera prête, tous les membres du comité d’élaboration du code se réuniront pour entendre et commenter de brèves présentations par les chefs de chaque sous-comité au sujet des modifications proposées, s’il y a lieu – et de leur justification. Seules les questions qui ne font pas immédiatement consensus feront l’objet d’autres discussions avant la fin du processus de délibération (et la présentation du code au CNSAE). Toutes les réunions du CÉC devraient être terminées d’ici la fin de l’année.

Bulletin de juillet 2021: Chèvres

Le travail sur le code de pratiques pour les chèvres se poursuit sur deux fronts : la discussion et le traitement des commentaires du public et le parachèvement du contenu lié aux sujets correspondants dans le code. Les réunions virtuelles du comité du code, qui avaient été temporairement remplacées par des examens/discussions à plus petite échelle entre les responsables des sous-comités et les membres individuels du comité du code, reprendront ce mois-ci en vue de parachever le code et de le soumettre pour publication dès que possible.

Bulletin de mars 2021: Chèvres

Une version préliminaire du code de pratiques pour les chèvres a été présentée au CNSAE à l’automne 2020. Après traduction et mise en page, le code et le rapport du comité scientifique du code ont été diffusés pour commentaires publics le 18 décembre 2020. La période de commentaires publics s’est terminée le 22 février 2021.

Trois cent onze envois individuels en anglais, 10 envois individuels en français et 14 envois de groupes ont été reçus. Selon les auto-identifications fournies, 41 % des répondants étaient des défenseurs du bien-être animal, 24 % étaient des éleveurs caprins, et 23 % étaient des membres du grand public. La plupart ont indiqué un lieu de résidence en Colombie-Britannique (61 %) ou en Ontario (18 %).

Le comité d’élaboration du code apprécie énormément les contributions de tous! Il prévoit maintenant se rencontrer en mars pour amorcer l’étude attentive de tous les envois.

Bulletin de novembre 2020: Chèvres

Depuis septembre, le comité d’élaboration du code a eu plusieurs réunions en ligne pour confirmer tous les aspects du projet de code de pratiques pour les chèvres. Le comité a maintenant le plaisir d’annoncer que la période de commentaires publics du code commencera le 18 décembre 2020 et durera jusqu’au 22 février 2021. Le 18 décembre, tous les acteurs auront accès au projet de code sur le système en ligne à la page www.nfacc.ca/codes-de-pratiques/chevres. Le début de la période de commentaires publics sera aussi annoncé dans un communiqué.

Le rapport du comité scientifique sur les questions de bien-être prioritaires a été évalué par les pairs et est en train d’être parachevé; il sera rendu public lorsque le projet de code sera publié pour la période de commentaires.

Au-delà des constatations du rapport du comité scientifique et des connaissances et de l’expérience pratique des membres du comité du code, le projet de code tient compte des résultats du sondage mené par le CNSAE en 2019 sur les questions de bien-être des chèvres qui viennent immédiatement à l’esprit des acteurs du milieu. La période de commentaires publics est une deuxième activité de prise de contact avec les acteurs d’une importance cruciale; elle leur permettra de se prononcer directement sur les exigences et les recommandations proposées, qui ont été élaborées par le comité du code pendant près de deux ans d’efforts concertés.

Bulletin de septembre 2020: Chèvres

En juillet 2020 – et dans le but de se remettre des interruptions engendrées par la COVID-19 – le Comité d’élaboration du Code (CEC) pour les chèvres s’est doté d’un programme rigoureux de réunions virtuelles du Comité et de ses sous-comités. En trois mois, le CEC a fait des progrès constants sur tous les aspects du processus d’élaboration du Code. Le rapport du Comité scientifique est maintenant achevé (il sera publié lors de la période de commentaires publics et de la publication de l’ébauche du Code en décembre). Le CEC l’a examiné et a pu y puiser des éléments clés de recherche. Lors des séances hebdomadaires de deux heures les mercredis, les chefs de section du Comité du Code ont présenté à l’ensemble du CEC des mises à jour, des révisions et des propositions de contenu (développées par leurs sous-comités respectifs) concernant les parties du Code dont ils ont la charge. En échange, les sous-comités ont obtenu des commentaires constructifs de la part du CEC, commentaires examinés et intégrés dans les chapitres respectifs.

Cette collaboration hebdomadaire a permis au CEC d’intégrer, d’équilibrer et de renforcer soigneusement les parties de tous les chapitres du Code. Les réunions hebdomadaires ont également contribué au développement d’une relation de travail très efficace des membres du CEC. Bien qu’il ait fallu transmettre un enjeu à l’exécutif du CNSAE pour obtenir une orientation sur le contenu, le CEC a réussi à obtenir un consensus sur des questions complexes et délicates.

L’achèvement du Code approche à grands pas (c.-à-d. la version qui sera acheminée au CNSAE avant la Période de commentaires publics de 60 jours qui débutera en décembre). Le CEC a investi beaucoup de temps, de réflexion et de discussions dans un effort collectif pour en arriver à une mise à jour du Code (c.-à-d. un Code qui établit un équilibre progressif entre l’idéalisme philosophique et l’idéalisme pragmatique). L’examen des commentaires reçus dans le cadre de la consultation publique au cours de la nouvelle année sera donc des plus enrichissants.

Bulletin de juillet 2020: Chèvres

Après un report dû à la COVID-19, le comité d’élaboration du code [CÉC] pour les chèvres a repris ses réunions en ligne périodiques pour présenter, examiner et discuter du contenu possible de la version révisée du code de pratiques pour les chèvres.

De juillet à septembre, les sous-comités se réuniront pour peaufiner leurs sections respectives du code, qui seront ensuite soumises à l’examen du CÉC au complet. Des réunions hebdomadaires permettront au CÉC d’examiner tout le contenu préparé. Après chaque réunion, les modifications recommandées et/ou les insertions et ajouts proposés seront étudiés par le sous-comité pertinent et par le gestionnaire du code. Le CÉC examinera au moins deux fois toutes les sections des chapitres d’ici la fin septembre.

Après une première séance d’orientation du CNSAE pour permettre aux membres du comité de se familiariser avec la plateforme en ligne, les réunions hebdomadaires ont commencé avec une révision des sections sur l’euthanasie et la manipulation. Celles-ci seront suivies par un examen des sections sur le prétransport et sur les aliments et l’eau. Les mises à jour et examens hebdomadaires se poursuivront tout l’été. En septembre, le comité apportera la touche finale au code et présentera la version préliminaire au CNSAE en préparation de la période de commentaires publics [décembre 2020 à janvier 2021].

Avec la conclusion récente du processus d’évaluation par les pairs, le comité scientifique [CS] tient des réunions pour analyser et aborder les modifications, clarifications et ajouts recommandés à la version préliminaire de son rapport. Quand toutes les recommandations de l’examen auront été abordées, la présidente du comité scientifique (qui est aussi membre à part entière du comité d’élaboration du code) donnera une présentation du rapport au CÉC. À son tour, le CÉC examinera le contenu et la neutralité des constatations sommaires, à savoir si toutes les questions de bien-être prioritaires ont été abordées comme prévu et si le CS a bien omis de présenter au CÉC des recommandations explicites sur le contenu du code. Quand le rapport scientifique sera disponible, le CÉC pourra s’en servir pour éclairer les chapitres du code. 

Bulletin de mai 2020: Chèvres

En raison des restrictions des déplacements dues à la COVID-19, la 4e réunion en personne – qui devait avoir lieu en avril 2020 à Saskatoon (Saskatchewan) – a d’abord été reportée, puis annulée. Les membres des sous-comités du code ont néanmoins continué à correspondre entre eux en prévision de la reprise des échanges entre tous les membres du comité du code (par vidéoconférence). Entre autres exemples, des dispositions ont été prises pour commander les illustrations professionnelles qui figureront dans le code pour offrir un support visuel aux descriptions textuelles, aux exigences et aux pratiques recommandées.

D’importants progrès ont aussi été accomplis dans le travail du comité scientifique du code. La version préliminaire du rapport scientifique est prête. Elle a été transmise pour évaluation par les pairs. D’ici quatre à six semaines, des spécialistes en sciences animales hautement qualifiés examineront rigoureusement la clarté, l’érudition et la portée du document. Toute modification recommandée sera examinée par le comité scientifique et la rédactrice de recherche. Une fois terminé, le rapport sera soigneusement étudié par le comité du code au complet et servira de document d’encadrement sur les questions de bien-être prioritaires.

Troisième réunion – 29 et 30 janvier 2020

Le comité d’élaboration du code pour les chèvres a tenu sa troisième réunion les 29 et 30 janvier à Toronto.

Au cours de deux journées bien remplies, les membres du comité du code ont participé à une gamme d’activités. Ils ont été informés du rythme très productif de la recherche et de la rédaction associées au travail du comité scientifique du code pour les chèvres. Avant la réunion, le contenu préliminaire du rapport scientifique sur de nombreux sujets abordés durant la séance avaient été conditionnellement mis à la disposition des membres des divers sous-comités pour fins d’examen.

Les éléments les plus importants de la réunion ont toutefois été les examens approfondis et les échanges entre les membres du comité concernant les quatre sections préliminaires du nouveau code : sur la santé, l’élevage, l’euthanasie et le logement des chèvres. Ces sections avaient été préparées et rédigées à l’avance par les membres des sous-comités respectifs et ont ensuite été présentées par les chefs des sous-comités.

En outre, les chefs des sous-comités du code chargés des sections sur les aliments et l’eau, le transport à la ferme et les mesures et interventions d’urgence ont présenté des points d’information et sollicité les commentaires des autres membres du comité (à la suite des présentations initiales données durant la deuxième réunion du comité du code, les 2 et 3 octobre). Dans tous les cas, la mobilisation collective du comité a donné lieu à des délibérations de qualité, au partage des connaissances et à des modifications de chaque section.

Les effets négatifs possibles sur le bien-être des chèvres selon les répondants du sondage administré au début de l’élaboration du code ont aussi été rappelés aux membres du comité du code.

Des présentations informelles mais très instructives ont été faites au comité au sujet : i) des pratiques de pâturage extensif des chèvres dans les prairies de l’Ouest canadien et ii) l’utilisation des codes du CNSAE conformément aux procédures provinciales d’enquête et d’application des lois.

En prévision de la quatrième réunion (en avril 2020 à Saskatoon), chaque sous-comité continuera à parfaire sa section respective (à la faveur de conférences téléphoniques et de communications électroniques) avant de soumettre les sections révisées à l’ensemble du comité du code pour commentaires et discussion. La quatrième réunion comportera aussi l’examen complet de la version préliminaire du rapport scientifique, et les participants commenceront à aborder la période de commentaires publics (à venir à l’automne 2020).

Deuxième réunion – 2 et 3 octobre 2019

Le comité d’élaboration du code pour les chèvres a tenu sa deuxième réunion en personne les 2 et 3 octobre à Ottawa.

Au cours des deux journées, les membres du comité ont participé à une gamme d’activités. À la base, il y a eu les examens de trois sections provisoires présentées par les chefs des sous-comités sur les aliments et l’eau, le transport à la ferme, et la gestion des urgences et la capacité d’intervention. Les rapports ont été présentés en table ronde, ce qui a permis aux membres du comité de poser des questions et d’offrir des retours d’information. Toutes les séances ont donné lieu à de nombreux échanges extrêmement constructifs. Elles ont aussi été additionnées de rappels et de réaffirmations au sujet des préoccupations pour le bien-être communiquées d’entrée de jeu au comité via un sondage public sur les préoccupations liées au bien-être des chèvres.

Par ailleurs, les membres des sous-comités sur l’hébergement/le logement, la santé animale, l’euthanasie et les techniques d’élevage ont eu une série de brèves discussions en personne. Ces séances en petits groupes visaient à permettre à chaque équipe de dresser le plan provisoire de sa section respective et de se préparer pour ses communications futures et pour d’autres éléments à considérer dans l’élaboration des chapitres. Les quatre sous-comités s’adresseront au comité du code au complet à la prochaine réunion.

Durant la réunion, il y a aussi eu des présentations sur : les activités en cours du comité scientifique du code pour les chèvres [qui étudie la littérature scientifique sur les questions de bien-être prioritaires convenues collectivement; les modifications de l’ACIA afférentes au transport dans le Règlement sur la santé des animaux (et leur pertinence pour le nouveau code de pratiques pour les chèvres); et les normes de bien-être des chèvres dans d’autres pays, que les sous-comités du code pourraient vouloir examiner en vue de l’élaboration du nouveau code. Des présentations brèves mais instructives ont été données sur deux facettes de l’industrie caprine (les fibres et le lait).

Les sous-comités et le comité scientifique travailleront avec le gestionnaire du code au cours des semaines à venir (par conférence téléphonique et par courriel) pour modifier et resserrer leurs versions provisoires respectives. La prochaine réunion en personne du comité d’élaboration du code pour les chèvres aura lieu à la fin janvier.

Première réunion — 24 et 25, mai 2019

Le comité d’élaboration et le comité scientifique du code pour les chèvres ont tenu leur première réunion les 24 et 25 mai à Québec. Échelonnée sur deux jours, celle-ci a permis aux membres de faire officiellement connaissance et d’avoir une vue d’ensemble du processus d’élaboration des codes du CNSAE. Les membres ont aussi eu droit à un aperçu instructif du secteur caprin au Canada, présenté avec les résultats d’un sondage public sur les préoccupations pour le bien-être des chèvres [https://www.nfacc.ca/resources/codes-of-practice/goat/FR_FinalGoatReport02July2019.pdf], et ont visité une usine de transformation de lait de chèvre.

Mais surtout, les membres des deux comités se sont entendus sur les « questions de bien-être prioritaires » que le comité scientifique sur les chèvres aura pour mandat d’examiner et de présenter dans un rapport dans un délai de 12 mois. Plus précisément, le comité scientifique rédigera un rapport-synthèse des résultats de la recherche sur les questions de bien-être animal suivantes :

  • Prise en charge en fin de vie
  • Boiterie (parage des onglons; causes nutritionnelles de la boiterie)
  • Optimisation de la santé des chevreaux (optimisation du transfert d’immunité passive)
  • Interventions douloureuses (prévention; protocoles/stratégies; interventions pré- et post-opératoires; ébourgeonnage, écornage, épointage et castration)
  • Espace alloué (espace alloué aux mangeoires et abreuvoirs; densité de logement et indicateurs d’effets indésirables)
  • Comportements naturels (états positifs; enrichissement)