Code de pratiques pour le transport – Rapport d’étape

Bulletin de Transport:  février 2020

Le travail se poursuit sur l’élaboration du code de pratiques pour le transport du bétail et de la volaille. Les groupes de travail (GT) par espèce poursuivent leurs activités sous la direction des gestionnaires du code : Jeffrey Spooner, Kate Cooper et Lucie Verdon. Le GT sur les porcs a tenu sa première réunion en personne en novembre, tandis que le GT sur les bovins et le GT sur les visons, les renards et les lapins ont tenu les leurs à Toronto en janvier. Une deuxième réunion de deux jours du GT sur la volaille est prévue en février, ainsi que la première réunion du GT sur les moutons et les chèvres.

En novembre, l’équipe du code pour le transport a organisé deux webinaires (un en anglais et l’autre en français) à l’intention des membres des GT par espèce. Les webinaires ont été donnés par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pour aider les GT à comprendre les modifications au Règlement sur la santé des animaux qui régissent le transport des animaux. Les plus de 90 membres des GT par espèce ont été invités. Merci beaucoup à l’ACIA d’avoir bien voulu donner ces webinaires, qui ont suscité des commentaires positifs de la part des participants.

Toujours en novembre, la directrice du code pour le transport a donné une présentation au Forum 2019 du Conseil national sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage à Gatineau (Québec). Elle a parlé des nombreuses difficultés d’aborder le premier code hors-ferme qui respectera le processus d’élaboration des codes du CNSAE. Le code pour le transport est le plus gros code à utiliser ce processus : il couvrira les animaux de 14 codes à la ferme nationaux. Il inclura aussi le soin des animaux sur les sites intermédiaires et l’attrapage de la volaille, deux éléments du continuum du transport jugés importants pour le bien-être animal. L’approche par groupe de travail utilisée pour ce code signifie que plusieurs groupes travailleront en même temps sur un contenu semblable. Contrairement aux codes de pratiques à la ferme, le code pour le transport devra intégrer le régime de réglementation fédéral robuste qui régit le transport des animaux au Canada (Règlement sur la santé des animaux [RSA] partie XII : Transport des animaux). Ces difficultés ont été discutées par l’équipe du code pour le transport à la première réunion du comité d’édition et de révision en novembre. La réunion a déclenché une réévaluation de la structure du code et de l’approche qui avait été choisie, ce qui en retour a donné lieu à des recommandations pour la suite des choses.

La logique de la réévaluation et les recommandations de l’équipe ont été présentées au conseil d’administration du CNSAE et à d’autres acteurs à la séance de décembre du CNSAE, où il a été convenu de peaufiner l’approche. Il y aura donc un recentrement des efforts sur le contenu commun à tous les animaux visés par le code au lieu du contenu par espèce. Par ailleurs, la mise en page générale du code sera modifiée, à savoir que le code sera maintenant divisé en sections portant sur les aspects du bien-être (p. ex. pratiques de conduite; compétences des conducteurs; planification avant le transport) et non par animaux ou types d’animaux. Chaque aspect du bien-être inclura les exigences du RSA, suivies des autres exigences et/ou pratiques recommandées s’appliquant à tous les animaux du module ou du code. Le cas échéant, le contenu supplémentaire s’appliquant à certaines espèces sera présenté dans des sections sous-titrées par animal à l’intérieur de chaque aspect général du bien-être.

Avec cette mise en page modifiée, il faudra ajuster la démarche d’élaboration du code. Plus précisément, le contenu des éléments communs du code devra être rédigé plus tôt que prévu. Les GT par espèce gagneront à ce que le texte ou contenu commun soit déjà incorporé avant d’intervenir avec leur savoir-faire collectif sur chaque espèce. Le comité d’élaboration du code (CÉC) a maintenant la tâche de rédiger ce contenu commun. Les groupes d’acteurs nationaux ont été priés d’aider à choisir les membres du CÉC. En outre, l’équipe de gestion du code a travaillé avec les transporteurs et les chercheurs (qui n’ont pas d’association ou de groupe national pour les représenter) à trouver des membres du CÉC pour représenter ces secteurs. Il a aussi été demandé à chaque GT par espèce de sélectionner l’un de ses participants pour représenter les points de vue de son espèce au CÉC, après que les sièges auront été pourvus par les groupes d’acteurs nationaux, les transporteurs et les chercheurs. Cela portera le nombre de membres du CÉC à 23. Des sous-comités relativement petits seront créés à la première réunion du CÉC, qui devrait avoir lieu au printemps et qui visera à rédiger le contenu propre à chaque sujet. Par conséquent, il n’est plus nécessaire de créer un GT sur les éléments communs généraux.

Entre-temps, les GT par espèce poursuivront leur travail en se concentrant uniquement sur les sujets propres à leur espèce (p. ex. les densités de chargement). Quand les GT auront été aussi loin que leur gestionnaire assigné et leurs participants le jugeront plausible, leur travail sera interrompu le temps de produire le contenu commun. Ensuite, les GT par espèce se réuniront de nouveau pour rédiger le contenu supplémentaire qui pourrait être jugé nécessaire.

Il pourrait y avoir des difficultés passagères dans l’immédiat, mais cette approche révisée devrait renforcer l’utilisabilité du code et permettre aux membres des groupes par espèce de contribuer efficacement leurs connaissances et leurs compétences spécialisées en étoffant et/ou en citant le contenu commun existant.

Bulletin de Transport: octobre 2019

Le travail de révision du code de pratiques pour le transport du bétail et de la volaille avance bien. Le huitième et dernier groupe de travail (GT) par espèce a été créé en septembre et confié au gestionnaire du code Jeffrey Spooner, qui a déjà commencé à organiser la première conférence téléphonique du GT sur les équidés.

Quatre webinaires d’orientation ont été donnés en septembre aux nouveaux participants des GT et à ceux qui n’ont pas pu assister aux webinaires précédents. Il y a eu jusqu’à maintenant 11 webinaires pour plus de 90 acteurs participants, qui se sont familiarisés avec le CNSAE, le projet des codes et le processus d’élaboration du code pour le transport du bétail et de la volaille.

La première réunion en personne du GT sur la capture et le transport des volailles s’est déroulée sur deux jours à Ottawa au début d’octobre. Le GT a peaufiné les éléments clés de sa section du code, à savoir la Compréhension des exigences d’aptitude au transport et les interactions entre les parties intervenant dans la production, la capture et le transport.

La première réunion en personne du GT sur les visons, les renards et les lapins aura lieu en janvier 2020 à Toronto. Les membres du comité d’édition et de révision se rencontreront pour la première fois à Ottawa en novembre, juste avant la première réunion en personne du GT sur les porcs. En outre, les premières conférences téléphoniques des GT sur les couvoirs et sur les bisons et cervidés ont eu lieu en septembre et en octobre, respectivement, et des démarches sont en cours pour organiser la première téléconférence du GT sur les moutons et les chèvres.

Bulletin de Transport: aout 2019

Le travail se poursuit sur la révision du code de pratiques pour le transport du bétail et de la volaille. Sept groupes de travail (GT) par espèce ont été mis en route, et un huitième sera prêt à commencer d’ici la fin d’août. Les GT sur la capture et le transport des volailles et sur les porcs tiendront leur première réunion en personne à Ottawa cet automne, et le GT sur les bovins se réunira à Toronto en janvier. Sous l’égide de la gestionnaire du code Lucie Verdon, le GT sur les visons, renards et lapins a eu sa première conférence téléphonique en juillet, et le GT sur les couvoirs, également géré par Lucie, aura sa première conférence téléphonique en septembre. Sous la direction de Jeff Spooner, gestionnaire de code chevronné, des conférences téléphoniques sont en préparation pour le GT sur les moutons et chèvres; la gestion du GT sur les bisons et cervidés a récemment été confiée à Kate Cooper pour que le travail puisse commencer.

Quand le GT sur les équidés sera activé, le CNSAE organisera d’autres webinaires d’orientation sur la participation aux GT pour que les nouveaux membres de ces groupes puissent se familiariser avec le CNSAE, le projet des codes et le processus d’élaboration du code pour le transport du bétail et de la volaille.

Le mois de juillet a été occupé pour certains des scientifiques ayant corédigé l’Examen de la recherche scientifique sur les questions de bien-être prioritaires du code de pratiques pour le transport. Karen Schwean-Lardner et Trever Crowe ont présenté par webinaire les constatations du rapport du comité scientifique (CS) sur le transport des volailles au GT sur la volaille. De même, Luigi Faucitano a présenté au GT sur les porcs les constatations de la section concernant les porcs dans le rapport du CS, et Karen Schwartzkopf-Genswein a présenté au GT sur les bovins les constatations de la section du rapport traitant des bovins.

Les résultats préliminaires du sondage sur les questions qui viennent immédiatement à l’esprit (ouvert du 5 au 31 mars), qui s’adressait aux personnes du public intéressées, ont été résumés dans un rapport** accessible sur le site Web du CNSAE. Les groupes de travail et le comité d’élaboration du code se reporteront à ces indications importantes tout au long de la révision de ce code de pratiques.