Code de pratiques pour les poissons d'élevage – Rapport d’étape

Troisième réunion – 6 et 7 novembre 2019

La réunion a commencé par une discussion sur les annexes qu’il faudrait peut-être inclure dans le code pour présenter des outils pratiques à l’intention des producteurs et autres utilisateurs finals du document (p. ex. modèles de registres, arbres de décision, images pour mieux évaluer la santé et le bien-être des poissons). Le comité d’élaboration du code a aussi parachevé la portée du code, qui se concentrera sur les salmonidés d’élevage (truite, omble, saumon).

En plus des préparatifs à la ferme avant le transport, le code couvrira le soin et la manipulation des poissons durant le transport proprement dit. Cela déroge à l’approche des autres codes à la ferme. Après mûre considération et en consultation avec la directrice du code pour le transport, le comité du code a jugé que les nombreuses caractéristiques distinctes du transport des poissons justifient son inclusion dans le code pour les poissons d’élevage plutôt que dans le code de pratiques pour le transport. Un exemple parmi d’autres est que les poissons sont souvent transportés par bateau, alors que le code pour le transport est strictement limité au transport routier.

Le comité du code s’est ensuite penché sur la révision du chapitre sur le transport, en insistant sur le nouveau contenu touchant au transport proprement dit (contrôle de la qualité de l’eau et du comportement des poissons, mesures et interventions d’urgence). Les membres du comité sont revenus sur certaines sections des chapitres sur l’élevage et sur la santé (connaissances et compétences du personnel, lutte contre les parasites et les prédateurs, vide sanitaire). Des textes préliminaires sur l’éclairage et le retrait de nourriture ont aussi été rédigés.

Un autre fait saillant de la réunion a été une synthèse de la recherche sur la conscience et la sensibilité des poissons présentée par l’un des coprésidents du comité scientifique.

La prochaine réunion aura lieu en mars 2020.

Deuxième réunion – 5 et 6 septembre 2019

Depuis la réunion en personne de mai, les sous-comités du comité d’élaboration du code se sont réunis par téléconférence pour élaborer le contenu provisoire du code. Ils ont pu ainsi présenter des versions de meilleure qualité à la réunion en personne de septembre, qui a porté sur quatre chapitres du code provisoire : pré-transport (évaluation de l’aptitude au transport), gestion de l’alimentation (qualité et modes de distribution des aliments), santé (plans de santé, santé de la peau et des ouïes) et élevage (manipulation, classification). Le coprésident du comité scientifique a présenté les sections provisoires du rapport portant sur l’éclairage et le retrait de nourriture.

À la fin du jour 2, le comité a examiné les résultats du sondage sur les questions venant immédiatement à l’esprit pour que les commentaires reçus soient pris en compte. Une comparaison des normes internationales de bien-être des poissons a été préparée et viendra aussi appuyer les discussions du comité.

Le comité a également discuté en général de la grande diversité du secteur du poisson d’élevage et de l’importance que le code tienne la route pour toutes les exploitations – petites et grandes.

La prochaine réunion aura lieu en novembre.

Première réunion — 16 et 17 mai 2019

La réunion inaugurale du premier Code de pratiques canadien pour les poissons d’élevage a eu lieu en mai. Les objectifs de cette réunion étaient de fournir aux membres du comité une orientation sur le processus canadien d’élaboration des codes et de permettre aux participants d’apprendre à se connaître et d’établir des approches précises pour parvenir à un consensus.  

En outre, le Comité du code et le Comité scientifique sont parvenus à un accord concernant la liste finale de questions de bien-être prioritaires pour le rapport de recherche du comité scientifique. Ils ont également examiné une analyse détaillée d’un récent sondage en ligne sur les préoccupations les plus importantes pour le bien-être des poissons (un résumé des résultats du sondage est disponible ici). Les comités se sont réjouis de la participation du public et de tous les intervenants à ce premier stade. Ils jugent important de présenter ces préoccupations prioritaires afin qu’elles soient prises en compte dans l’éventuel Code.

L’Alliance de l’industrie canadienne de l’aquaculture a dressé un portrait de l’industrie d’aujourd’hui et les participants ont donné de l’information sur la production et les contextes réglementaires uniques au Canada.

Une ébauche provisoire du Code a été rédigée :

  1. Écloseries        
  2. Installations 
  3. Gestion de l’alimentation  
  4. Gestion de la santé  
  5. Élevage  
  6. Euthanasie  
  7. Transport  
  8. Abattage à la ferme  
  9. Dépeuplement massif

La prochaine réunion est prévue pour le début de l’automne.